Site Loader
Get a Quote
Rock Street, San Francisco

Dédicace

Remerciements

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

Résumé

La direction générale des affaires policière (DGAP) du Ministère de la sécurité publique du Québec utilise présentement une application en Microsoft Access désuète pour gérer les subventions en prévention de la criminalité. Au cours des dernières années, les autorités du ministère ont augmenté les demandes de statistiques sur les demandes de subventions.

Comme l’application ne permet pas de répondre à la majorité des questionnement reçus et que le nombre de subventions augmentera au cours des prochaines années, l’application doit être remplacée.
La nouvelle application devra offrir de nouvelles fonctionnalités par rapport à l’ancienne car cette dernière ne gère pas toutes les données nécessaires pour répondre aux demandes des autorités. Elle devra permettre une meilleure exploitation des données et être accessible en intranet et en extranet.

Elle devra être robuste et permettre d’évoluer lorsque de nouveaux besoins apparaîtront. Pour ce faire, le langage de programmation Java ainsi qu’une banque de données Oracle seront utilisées.

Ce projet couvre essentiellement la gestion des organisations et des demandes de subventions, le suivi des actions à effectuer , la génération des rapports opérationnels et le pilotage des utilisateurs.

Mots clés : subventions ,demandes de statistiques, exploitation des données, pilotage, organisation, document, rapport , suivi

Abstract

The Police Affairs Branch (DGAP) of the Quebec Ministry of Public Security is currently using an outdated Microsoft Access application to manage crime prevention grants. In recent years, ministry officials have increased requests for statistics on grant applications.

Since the application does not answer most of the questions received and the number of grants will increase over the next few years, the application must be replaced.

The new application will have to offer new functionalities compared to the old one because it does not manage all the necessary data to answer the requests of the authorities. It will have to allow a better exploitation of the data and to be accessible by intranet and extranet.

It will have to be robust and allow to evolve when new needs will appear. To make this happen, the programming language Java and the Oracle database will be used.

This project essentially covers the management of organizations and grant applications, the monitoring of actions to be performed, the generation of operational reports and the piloting of users.

Keywords: grants, statistics requests, data mining, steering, organization, document, report, monitoring

Introduction générale

Par son rôle au sein de l’appareil gouvernemental, le ministère de la Sécurité publique est appelé à diminuer la vulnérabilité des Québécoises et des Québécois notamment face
aux risques liés à la criminalité et aux sinistres.

Par ailleurs, dans ses champs de compétence, le ministère ne peut agir seul. Il compte ainsi sur la collaboration de divers partenaires dont les organisations policières, les
pompiers, les municipalités et les organismes communautaires, sans oublier la Sûreté du Québec et les organismes qui relèvent du ministre de la Sécurité publique. Par leurs
actions et leurs interventions, tous contribuent à assurer la sécurité des personnes et des collectivités.

Dans cette optique, la ministére de sécurité publique du québec vise à soutenir financièrement la concrétisation des projets de prévention de la criminalité tout en octroyant des subventions .Chaque année, 1,25 M$ provenant du partage des produits de la criminalité est destiné au financement de projets en prévention de la criminalité, conformément au décret 349-99 du 31 mars 1999 , ce qui a augmenté et bonifié le taux des demandes puis les subventions.

En prenant appui sur les résultats au cours des dernières années, les autorités du ministère ont augmenté les demandes de statistiques sur les demandes de subventions.

À partir de 2016-2017, le nombre d’organismes communautaires financés par le MSP augmentera de façon substantielle. Ainsi, des délais dans le traitement de cette demande impliquerait nécessairement des retards dans la compilation des données ainsi que dans leur analyse.

C’est dans ce cadre que s’intègre ce Projet de Fin d’Études au sein de la ministere de sécurité publique du québec (Département de service de réalisation des systèmes SRS ) qui consiste en l’élaboration d’une application de gestion des organisations et des demandes d’aide financières, ainsi que le suivi des actions et la génération des rapports opérationnels pour notre client dans la direction de la prévention et de la lutte contre la criminalité

Le présent rapport illustre les travaux effectués tout au long de mon stage de fin
d’études, Il est structuré en cinq chapitres qui s’enchaînent comme suit :

Présentation générale ;
Etat de l’art ;
Analyse et spécification des besoins ;
Conception ;
Réalisation.

Enfin, nous présentons la conclusion générale du travail en présentant un résumé de
l’application ainsi que les perspectives du projet.

Chapitre I : Présentation Générale

sommaire de chapitre 1

Introduction

Ce chapitre introductif apporte des éclaircissements sur l’organisme d’accueil, la Ministere de sécurité publique (MSP), son historique, son organisation, sa structure ainsi que ses différentes activités.

La suite du chapitre est dédiée à la présentation de la direction des technologies de l’information (DTI) et du service de la réalisation des systèmes (SRS) où le stage de fin d’études est effectué.

I. Contexte de réalisation du projet
1.Présentation de l’organisme d’accueil

1.1. Présentation du MSP

1.1.1. Fiche technique et profil du MSP

Date de constitution Décembre 1986
Forme juridique Ministère
Budget 2017-2018 1.436 Milliard de dollars
Nombre de direction générale 5
Nombre d’organisme autonome 9
Effectif 4500 employés
Ministre Martin Coiteux
Adresse 2525 Boulevard Laurier, Ville de Québec, QC G1V 2L2
Téléphone (418) 646-6777
Télécopieur (418) 643-0275
Site Web https://www.securitepublique.gouv.qc.ca

Tableau 1 : Fiche technique de la MSP

1.1.2 Description du cadre organisationnel du ministère

Le mandat faisant l’objet du présent projet est sous la gouverne du ministère de la Sécurité publique (MSP).

Le MSP a la responsabilité de la réalisation de ce mandat pour le compte de la direction générale des affaires policières.

La mission du MSP est d’assurer, de concert avec ses partenaires, la sécurité publique au Québec. Par son rôle au sein de l’appareil gouvernemental, le MSP est appelé à diminuer la vulnérabilité des Québécoises et des Québécois aux risques liés notamment à la criminalité et aux sinistres.

Le MSP voit à une application rigoureuse du cadre légal et réglementaire qui le concerne et au sein duquel figurent notamment les lois relatives à la police, aux services correctionnels, aux libérations conditionnelles, à la sécurité civile, à la sécurité incendie et à la sécurité privée. Par ailleurs, dans ses champs de compétence, le ministère ne peut agir seul.
Il compte ainsi sur la collaboration de divers partenaires dont les organisations policières, les services de sécurité incendie, les municipalités et les organismes communautaires ainsi que les organismes qui relèvent du ministre de la Sécurité publique. Par leurs actions et leurs interventions, tous contribuent à un même objectif, soit assurer la sécurité des personnes et des collectivités.

1.1.3. Structure et organisation du MSP

Le ministère est constitué de cinq directions générales. De plus, neuf organismes autonomes relèvent directement du ministre.

Au plan administratif, le ministère est sous la responsabilité de la sous-ministre, qui veille à la réalisation de sa mission et de ses orientations. Elle est assistée de sous-ministres associés en charge des directions générales.

Le ministre veille à la cohérence de leurs interventions, notamment en leur transmettant annuellement des orientations.

HYPERLINK ;https://www.bei.gouv.qc.ca/; Bureau des enquêtes indépendantes
HYPERLINK ;https://www.coroner.gouv.qc.ca/; Bureau du coroner
HYPERLINK ;http://www.deontologie-policiere.gouv.qc.ca/le-comite.html; Comité de déontologie policière
HYPERLINK ;http://www.deontologie-policiere.gouv.qc.ca/le-commissaire.html; Commissaire à la déontologie policière
HYPERLINK ;https://www.upac.gouv.qc.ca/; Commissaire à la lutte contre la corruption (Unité permanente anticorruption)
HYPERLINK ;https://www.cqlc.gouv.qc.ca/; Commission québécoise des libérations conditionnelles
HYPERLINK ;https://www.enpq.qc.ca/; École nationale de police du Québec
HYPERLINK ;http://ecoledespompiers.qc.ca/; École nationale des pompiers du Québec
Régie des alcools, des courses et des jeux
Le Bureau de la sous-ministre et les directions sous sa responsabilité :
HYPERLINK ;https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/ministere/structure/bsm.html; Bureau de la sous-ministre
HYPERLINK ;https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/ministere/structure/bsm.html#c177; Direction des communications
HYPERLINK ;https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/ministere/structure/bsm.html#c179; Direction des affaires juridiques
Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale
Les directions générales :
HYPERLINK ;https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/ministere/structure/dgscsi.html; Direction générale de la sécurité civile et de la sécurité incendie
HYPERLINK ;https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/ministere/structure/sq.html; Direction générale de la Sûreté du Québec
HYPERLINK ;https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/ministere/structure/dgam.html; Direction générale des affaires ministérielles
HYPERLINK ;https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/ministere/structure/dgap.html; Direction générale des affaires policières (DGAP)
HYPERLINK ;https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/ministere/structure/dgsg.html; Direction générale des services à la gestion
Direction générale des services correctionnel
1.1.4. Organigramme de la Structure organisationnelle de MSP
Figure 1 : Organigramme ministériel (MSP)-733424142875
1.2. Présentation de la direction des technologies de l’information (DTI)

La réalisation du mandat est sous la responsabilité, plus particulièrement, de la Direction des technologies de l’information (DTI) du MSP. La DTI a comme mission de supporter les processus d’affaires du MSP et des organismes relevant du ministre de la Sécurité publique en contribuant au développement et au maintien d’actifs informationnels qui répondent à leurs besoins.

À cette fin, elle :

Élabore les orientations ainsi que le plan de développement et d’évolution des actifs informationnels du Ministère et des organismes relevant du ministre de la Sécurité publique conformément à leurs objectifs et à leurs orientations d’affaires
Fournit les services de conception, de réalisation, d’implantation et d’aide à l’utilisation des systèmes informatiques;
Rend disponibles des outils bureautiques et une infrastructure technologique fiables et sécuritaires et en supporte l’utilisation.

Elle compte une centaine d’employés et sa structure d’organisation se compose de cinq secteurs d’activités, présentés dans l’organigramme ci-dessous, soit :

le Service de la sécurité informatique gouvernementale
le Service du soutien aux utilisateurs
le Service de l’infrastructure, de la géomatique et des projets
le Service de la réalisation des systèmes (SRS)
la Direction des projets majeurs

1.3. Présentation du Service de la réalisation des systèmes (SRS)

Chacun de ces secteurs d’activités a un rôle spécifique à jouer en regard de la mission de la DTI et de l’atteinte de ses objectifs.

Le secteur d’activités de la DTI ayant la responsabilité du mandat décrit dans le présent document est le Service de la réalisation des systèmes (SRS), tel qu’illustré sur l’organigramme ci-dessous.

1.4. Architecture et hiérarchie de

Plus précisément, les principales divisions en interaction avec ce projet :
Division de conception
Division de réalisation
Division Dragon
Figure 2 : Organigramme hiérarchique de DTI et SRS-7715249525

II. Présentation du travail

1. Contexte du projet

Le ministère de la Sécurité publique est responsable de l’élaboration et de l’application des politiques et des programmes relatifs à la prévention de la criminalité au Québec (Loi sur le ministère de la Sécurité publique, article 8).

La prévention de la criminalité, telle qu’elle est définie dans la Politique ministérielle en prévention de la criminalité, « consiste en des mesures proactives et non pénales qui ont pour but spécifique de réduire la criminalité en agissant sur les facteurs qui la déterminent, soit sur les circonstances et l’environnement dans lesquels sont commis les délits ou encore sur les facteurs contemporains qui prédisposent à la criminalité ».

Au Québec, le domaine de la prévention de la criminalité est un carrefour réunissant des acteurs de tous les milieux : policier, scolaire, communautaire, gouvernemental et universitaire. Les partenariats fructueux entre ces différents acteurs sont le gage d’une implication constante des forces vives du Québec afin d’agir en amont des phénomènes criminels et d’améliorer la santé et la sécurité des Québécoises et des Québécois.

À partir de 2016-2017, le nombre d’organismes communautaires financés par le MSP augmentera de façon substantielle. Ainsi, des délais dans le traitement de cette demande impliquerait nécessairement des retards dans la compilation des données ainsi que dans leur analyse.
Figure 3 : Démarche de gestion des subventions-314324161925

3. Cadre du projet

Le présent travail entre dans le cadre de la préparation du projet de fin d’études, en vue de l’obtention du diplôme national d’ingénieur en sciences appliquées et technologiques, pour l’année universitaire 2016-2017 au sein de l’École Supérieure Privée d’Ingénierie et de Technologies (ESPRIT).

Ce stage s’est déroulé au sein de la Ministére de la sécurité publique du Québec MSP pour une durée de sept mois de Novembre 2017 jusqu’en Juin 2018.

Ce projet consiste au développement d’une application Java pour gérer les demandes liées aux subventions en prévention de la criminalité. pour la Direction générale des affaires policières, afin de permettre d’avoir accès plus facilement à des données favorisant la prise de décisions éclairées quant à la mise en oeuvre de mesures en prévention de la criminalité.

3. Travail demandé

Etude, conception et le développement d’une application interne et externe à la Direction générale des affaires policières au sein de la ministre de la sécurité publique qui permet de :

Favoriser la prévention et l’utilisation de pratiques adéquates et adaptées aux risques émergents
Permettre d’avoir accès plus facilement à des données favorisant la prise de décisions éclairées quant à la mise en oeuvre de mesures en prévention de la criminalité
Optimiser la compilation des données relatives à l’aide financière octroyée aux organismes communautaires.

4. Conclusion

Après avoir défini le contexte général de ce projet de fin d’étude, en évoquant le cadre du
projet, la présentation de l’entreprise d’accueil ainsi que la mise en exergue de l’objectif de la
mission.

Dans le chapitre suivant, nous allons s’intéresser à l’étude de la gestion des subventions en prévention de la criminalité et à l’analyse de la solution existante.

Chapitre II : Etat de l’art

sommaire de chapitre 2

Introduction

Dans cette partie du rapport, nous présentons les concepts clés du projet pour la mise en place de notre solution. Cette étude représente une étape primordiale et incontournable pour bien entamer la phase d’analyse de de spécification des besoins. Nous allons, dans un premier temps, présenter la demande de subventions en prévention de la criminalité avec toutes ses étape et définir les différents processus qui la constituent.

Ensuite nous allons présenter le processus de déploiement d’une application au MSP. Par la suite, nous réaliserons une étude de l’existant et nous allons finir par faire une capture des besoins et exposer notre solution adoptée tout en la justifiant.

I. Étude de l’existant

1. Demande de subvention en prévention de la criminalité
Des systèmes de subventions existent déjà ailleurs dans le monde. Toutefois, le ministère de la sécurité publique, suite à des expériences récentes, a décidé de moins utiliser des logiciels développés ailleurs que dans son propre ministère. En effet, certains projets récents où des logiciels ont été rapatriés de d’autres ministères se sont très mal terminés et ont coûté beaucoup plus chers que prévu. C’est pourquoi il a été décidé de développer cette application à partir de zéro, avec les technologies utilisées au ministère.

1.1. Contexte du programme de subvention
Le programme de subvention en prévention de la criminalité s’inscrit dans une optique d’optimisation des services offerts aux personnes vivant des situations susceptibles de compromettre leur sécurité.

La prévention et l’intervention auprès des personnes nécessitent une multitude d’acteurs dont les activités doivent être coordonnées et faire partie d’une démarche cohérente et intégrée. Ainsi, elle doit s’appuyer sur une structure de concertation et de coordination visant à arrimer les actions des nombreux partenaires de secteurs différents autour de la résolution d’un problème d’intérêt commun qui sévit sur un territoire.

Les projets de prévention les plus efficaces font, en effet, intervenir divers partenaires dont l’action est coordonnée dans la poursuite d’un même but. La coordination permet une amélioration des services déjà offerts dans un milieu et une meilleure prise en charge par les acteurs locaux des phénomènes qui menacent la sécurité des personnes comme l’exploitation sexuelle des jeunes filles dans plusieurs grandes villes.

1.2. Objectifs du programme et moyens

Ce programme d’aide financière vise à :
améliorer les services de prévention, de soutien et de protection offerts, dans un milieu donné
accroître la capacité d’intervention des milieux à l’égard de certains phénomènes qui mettent en danger la sécurité des citoyens
faciliter la prise en charge par les acteurs locaux des situations problématiques
instaurer des pratiques en matière de prévention de la criminalité qui tiennent compte de la réalité des collectivités autochtones et du Nord.

pour soutenir la coordination d’actions concertées d’organisations partenaires par la création d’une équipe multisectorielle d’intervention ayant pour but de prévenir ou de contrer un problème particulier qui présente, dans une région, un enjeu pour la sécurité des citoyens ;
pour mettre en œuvre un certain nombre d’actions préventives répondant spécifiquement aux besoins d’une région.

1.3. Organismes et projets admissibles

L’organisme souhaitant obtenir une subvention dans le cadre du programme Prévention Jeunesse doit :
être constitué en vertu d’une loi du Québec sous la forme d’une personne morale sans but lucratif;
réaliser des activités au Québec depuis plus de deux ans;
avoir produit au Registraire des entreprises sa déclaration de mise à jour annuelle;
être membre d’une table de concertation et être mandaté par celle-ci pour déposer une proposition;
démontrer, états financiers à l’appui, une santé financière suffisante

1.4. contenu de la proposition de projet
La proposition devra décrire :
Le territoire d’intervention
La situation problématique concernant les personnes exploitées
L’urgence de la situation et les besoins d’un financement additionnel
Les interventions existantes
Le programme Subvention en Prévention de la Criminalité (SPC) constitue un soutien aux acteurs du milieu; il vise à bonifier et à coordonner l’offre de services disponible afin d’agir sur un problème spécifique. Ainsi, la majorité des services doivent être déjà en place ou doivent seulement être bonifiés.

L’apport anticipé d’une coordination accrue
Le mécanisme de concertation sur lequel s’appuie le projet d’intervention
Le mécanisme de concertation sur lequel s’appuie le projet d’intervention multisectorielle doit être en place et en vigueur ou en voie de l’être.

La liste des partenaires visés dans la réalisation du projet
Le mode de fonctionnement prévu
Les modalités de collaboration entre les partenaires
Les résultats attendus
Des objectifs qualitatifs et quantitatifs doivent avoir été fixés.

L’organisme mandataire désigné

Cet organisme doit jouir d’une forte crédibilité auprès des organismes partenaires. C’est lui qui sera redevable de la réalisation du projet. Il agira aussi à titre de fiduciaire.

La capacité organisationnelle de l’organisme mandataire
L’organisme mandataire doit démontrer sa capacité à réaliser des projets complexes demandant un niveau de coordination élevé. Il doit être en mesure de procéder rapidement à l’embauche d’un coordonnateur et à l’établissement des partenariats interorganisationnels.

1.5. Processus de sélection

Le processus menant à l’obtention d’une aide financière prévoit quatre phases principales :
la présélection des propositions de projet
l’élaboration des projets retenus
la signature d’une entente de financement avec les organismes promoteurs des projets sélectionnés
l’établissement, par les organismes financés, d’un plan d’action et d’évaluation détaillé
1.6. Élaboration des projets retenus
1.6.1 Soumission d’un projet

Les organismes promoteurs dont les propositions auront été retenues par le ministère de la Sécurité publique devront soumettre un projet détaillé, lequel devra comprendre :
un plan de travail assorti d’un échéancier
des prévisions budgétaires
la contribution attendue de chacun des partenaires visés
Les projets détaillés seront évalués en fonction de :
la faisabilité du plan de travail soumis;
la pertinence des activités prévues au plan de travail au regard :
du problème ciblé
des caractéristiques de la clientèle visée
l’adéquation entre la contribution des partenaires et l’atteinte des objectifs du projet
prévisions budgétaires plausibles.

1.6.2 Entente de financement

Un protocole d’entente sera signé avec chaque organisme promoteur d’un projet sélectionné.
Ce protocole d’entente précisera les obligations des parties ainsi que les modalités de versement de l’aide financière consentie.

II. Critique de l’existant

Une étape essentielle de tout projet informatique consiste à effectuer une étude complète
des outils actuels pour lesquels nous voulons apporter des solutions afin de détecter les
défaillances et les insuffisances auxquelles nous devons remédier.
En effet dans la majorité, voir dans la totalité des cas, la mise en place d’un projet est due à un problème ou un manque dans l’entreprise.

Concernant les défaillances existantes dans la direction générale des affaires policières de la MSP, elles sont caractérisés par :

La désuétude de la base de données Access, De plus, l’obtention d’un montant de 9M$ sur 3 ans en prévention de la criminalité augmentera le nombre de demandes de subventions.

la perte d’information dans le processus de transporter la demande d’une personne à une autre des parties peuvent être perdu si ce n’est toutes la demande

Accès difficile aux données

Délais dans le traitement de la demande, ce qui impliquera nécessairement des retards dans la compilation des données ainsi que dans leur analyse.

Le manque de sécurité et l’accessibilité de l’information : la demande de subvention contient des informations sensibles qui ne doivent être consultée et modifiée que par un nombre réduit d’intervenants

L’application Access n’étant plus supportée par la DTI( Direction des technologies de l’information), il y a lieu de trouver une solution afin de remplacer le support informatique des bases de données Access de la DPLCC ( Direction de la prévention et de la lutte contre la criminalité ).

3. Problématiques

La base de données Access est désuète. De plus, l’obtention d’un montant de 9M$ sur 3 ans en prévention de la criminalité augmentera le nombre de demandes de subventions et le nombre d’organismes communautaires financés par le MSP augmentera de façon substantielle. Ainsi, des délais dans le traitement de cette demande impliquerait nécessairement des retards dans la compilation des données ainsi que dans leur analyse.

La présente application ne permet pas d’effectuer un suivi des demandes et non plus de générer les rapports statistiques liés au programme d’aide financière.

4. Solution proposée

Comme l’application ne permet pas de répondre à la majorité des questionnements reçus et que le nombre de subventions augmentera au cours des prochaines années, l’application doit être remplacée.

La solution proposée est le développement d’une application au cours la période du
stage pour résoudre les problématiques citées auparavant et qui devra offrir de nouvelles fonctionnalités par rapport à l’ancienne. Elle devra permettre une meilleure exploitation des données et être accessible en intranet et en extranet, en plus d’être robuste et de permettre d’évoluer lorsque de nouveaux besoins apparaîtront.

III. Méthodologie de travail

1. Déploiement de la Demande de subvention en prévention de la criminalité

Pour mettre en place une application la MSP utilise un cycle composé de quatre phases :
– Phase de développement
– Phase de tests par les analystes
– Phase de test par le client
– Phase de production
1.1. Environnement sur le poste local ;SENDBOX;
Cet environnement permet de tester son code directement à partir de son poste local. Il permet de sauver du temps car il ne requiert pas de déploiement.

1.2. Environnement Unitaire de Test ;Unit;
Cet environnement permet aux programmeurs de tester une première fois leur application sur un serveur distant. Il est l’environnement officiel sur lequel les essais unitaires devraient être effectués.

1.3. Environnement Fonctionnel de Test <Fonc>
Cet environnement permet aux analystes de se créer des cas de tests fonctionnels et de s’assurer que ce qui a été livré correspond bien à ce qui est attendu par le client.

1.4. Environnement Acceptation Pour le Test Client ;Acc;
Cet environnement est utilisé par le client pour valider que l’application répond à ses attentes avant la mise en production.

Le client utilise cet environnement pour tester le fonctionnement de l’application avec des cas réels.

1.5. Environnement de Formation ;For;
Cet environnement permet au client de former les futurs utilisateurs du système
il contient des cas dénominalisés de production afin d’offrir de meilleurs exemples .

1.6. Environnement de Certification<Cer>
Cet environnement correspond en tout point à l’environnement de production au niveau des spécifications serveurs. Il permet de tester la mise en production avant le jour J et donne la chance aux développeurs et aux analystes de découvrir des anomalies qui auraient pu se produire lors de la mise en production.

1.7. Environnement de Production ;Prod;
Cet environnement est l’environnement qui sera utilisé par les utilisateurs finaux. Il comporte les vraies données et se doit d’être le plus stable possible.

2. Processus de développement
Pour pouvoir accomplir le travail d’une manière systématique et rigoureuse, l’utilisation
d’une méthodologie est dans ce cas nécessaire. Puisqu’il existe pleins de méthodologies,
le choix doit être bien précis et doit s’adapter au projet et à l’environnement de travail.

3. Etude comparative
Le tableau suivant est un tableau comparatif qui cite les avantages et les inconvénients
pour chacun des méthodes les plus adaptées afin d’aboutir à la méthode la plus adéquate à
notre projet.

SCRUM : Créée par Jeff Sutherland et son équipe à la Société Chevalet en 1993. Elle repose sur une vaste expérience dans la vie réelle, revue de la littérature informatique entière pour les meilleures pratiques.

XP (eXtreme Programming) : Démarrée le 6 Mars 1996. Elle est une des nombreuses populaires méthodes agiles. Son efficacité a été déjà prouvée dans des nombreuses entreprises de toutes tailles.

2TUP : Créée par Pascal Rocques. C’est une méthode unifié qui adopte un cycle de développement en Y.

RUP : Publiée dans sa première version en 1998. Elle est améliorée par Rational Software et rachetée par IBM. Elle sera une méthode AGILE si on l’utilise dans sa version légère.

POINTS FORTS POINTS FAIBLES
SCRUM Itératif.

Courtes itérations.

Amélioration de la communication.

Augmentation de la productivité.

> 10 personnes
Peu de documentation.

Infraction de la responsabilité.

XP Itératif
Large place pour le développement.

< 10 personnes.

Peu de documentation.

Infraction de la responsabilité.

RUP Itératif. Coût de personnalisation élevé.

Peu de place pour le
développement.

2TUP Itérative.

Large place pour le développement.

Spécification de la communication.

Adapté par les projets à tous taille.

Peu de place pour les étapes
postérieures ainsi que les étapes
antérieures.

Pas de documents types.

Tableau 2 : Tableau d’étude comparative des méthodologies de travail

4. Choix adopté

Suite à l’étude et la comparaison entre les principaux processus de développement et pour s’assurer de s’adapter au plus vite au changement du client afin de mener à terme le projet et le livrer sans retard sur la date prévue en vue de sa complexité, nous avons fait le choix de suivre le processus SCRUM pour multiples raisons :

D’une part, pour notre projet les aspects techniques et fonctionnels sont étroitement liés, et notre équipe étant multidisciplinaires ne peut les dissocier lors des discussions afin de résoudre un problème rencontré.

D’autre part, la présence d’un représentant du client à nos côtés pour nous éclairer sur certains aspects, apporter des modifications au projet et faire des demandes de changements nous pousse vers SCRUM qui accepte plus facilement le changement grâce à ses multiples itérations.

Pour Finir, dans un but de modernisation le MSP tend à abandonner sa méthode de travail archaïque, qui engendre beaucoup de documentation ce qui tends à une grande perte de temps et d’argent, pour une méthode plus moderne et plus agile et son choix étant qu’un projet pilote s’est porté sur l’approche de SCRUM, pour la
grande part d’implication du client qu’il propose.

La figure ci-dessous décrit le cycle scrum :

Figure 4 : Cycle de scrum -35718719050

Conclusion
Dans cette partie on a présenté la problématique et la solution retenue ainsi que la
méthodologie de développement choisis. Dans ce qui suit nous entamons l’analyse et la
spécification des besoins.

Chapitre III : Analyse des Besoin

sommaire de chapitre 3

Introduction

Après avoir détaillé la problématique et les solutions à mettre en place nous décrivons
dans ce chapitre l’analyse des besoins suivant la méthodologie adoptée, la définition des
acteurs et des fonctionnalités.

En effet l’analyse des besoins représente une étape fondamentale dans la réalisation d’une
application informatique. Ainsi, elle permet de mieux cerner le contexte du système et de
développer ses fonctionnalités.

I. Langage de modélisation

Après une étude de choix, et en comparant les langages de modélisation au terme
d’avantages nous allons opter pour le langage UML (Unified Modeling Language) pour modéliser ce système. En effet, ce langage va nous offrir une vue pragmatique et plus claire sur les phases que nous serions amené à décrire à travers ces différents diagrammes.

1. Choix du langage de modélisation

Le choix de l’UML s’est construit sur la base de différentes raisons que je vais essayer
d’expliquer brièvement. En effet, ce langage de modélisation intègre le processus de
développement SCRUM, choisi pour mener ce projet.

En plus, UML est plus expressif, plus propre et plus uniforme

II. Spécification fonctionnelle (Branche fonctionnelle)

L’étude fonctionnelle commence par une identification des acteurs de notre application
ensuite la définition des besoins fonctionnels, enfin une analyse à travers un diagramme de
cas d’utilisation global et un diagramme de classe analyse.

1. Définition des acteurs
Un acteur est une entité externe qui interagit avec le système. En réponse à une action
déclenchée par ce dernier le système doit être en mesure de fournir le service adéquat. Les
différents acteurs pouvant être définis pour notre système sont les suivants :

Technicien :
c’est la personne responsable des travaux technique et répétitive qui ne requièrent pas nécessairement d’analyse.

Analyste :
c’est la personne responsable de l’analyse des projets et des demandes soumises afin de détailler le dossier et d’informer le gestionnaire sur tous les aspects à prendre en considération pour leur prise de décision.

Gestionnaire :
c’est la personne responsable de la prise de décision quant à un dossier.

Elle décide si un dossier est retenu ou non, et si un organisme recevra des sommes du ministère.

Pilote de l’application : elle a pour mission de gérer tout ce qui est relatif à l’utilisateur d’application et définir les privilèges pour les autres utilisateurs de l’application et les droits d’accès, ainsi qu’un programme d’aide financière et type de suivi à réaliser pour l’analyste d’une demande d’aide financière

2. Les besoins fonctionnels
Sont les différents modules et fonctionnalités permettant aux utilisateurs d’effectuer des
actions en utilisant l’application.

Un produit est évalué selon les prestations qu’il apporte à ses utilisateurs. Sur ce principe, notre application doit répondre aux besoins suivants:

2.1. Gestion des organismes :
Permet d’effectuer la recherche, l’ajout, la modification et la suppression des organismes qui effectuent des demandes de subventions. Ces organismes regroupent entre-autre de l’information sur leur nom, leur adresse, leurs coordonnées et d’autre critères.

2.2. Gestion des demandes de subventions
Permet d’effectuer la recherche, l’ajout, la modification et la suppression des demandes de subventions des différents organismes. Ces demandes regroupent entre-autre de l’information sur la nature de la demande, les montants demandés ainsi que les projets envisagés avec l’argent reçu.

2.3. Gestion des programmes d’aide financière
Permet d’effectuer la recherche, l’ajout, la modification et la suppression de programmes sur lesquels sont effectuées les subventions seront associées les différentes demandes.

2.4. Gestion des utilisateurs
Permet d’effectuer la recherche, l’ajout, la modification et la suppression des différents utilisateurs du système. Permet aussi l’association des utilisateurs aux différents profils.

2.5. Gestion des profils
Permet d’effectuer la recherche, l’ajout, la modification et la suppression des différents profils du système. Permet aussi l’association des profils aux différentes fonctions.

2.6. Gestion des suivis
Permet d’effectuer la recherche, l’ajout, la modification et la suppression des différents suivis du système. Ces suivis regroupent entre-autre plusieurs dates ainsi que la nature du suivi.

2.7. Tableau de bord avec assignations de tâches et suivis
Page d’accueil permettant de voir les tâches et les suivis associés à la personne en ligne. Cette dernière peut leur accéder par cette page.

2.8. Production de certains rapports
Permet de générer certains rapports opérationnels et statistiques, en plus d’une extraction des données en .csv et en .doc de toutes les tables de la banque de données, afin que la pilote puisse répondre à toutes les demandes de statistiques ad hoc que ses patrons pourraient lui demander.

2.9. Conversion des données de l’ancienne application vers la nouvelle
Transfère les données de l’ancienne application en Microsoft Access vers la nouvelle en Oracle.

3. Les diagrammes de cas d’utilisation

Nous commençons par offrir une vue d’ensemble des différentes fonctionnalités offertes
par notre application à l’aide d’un diagramme de cas d’utilisation global pour ensuite les
distribuer individuellement sur une séries d’autres diagrammes de cas d’utilisation pour une
meilleure description et afin d’éviter quelconque encombrement .

Avant de passer à l’identification des diagrammes de cas d’utilisation. Le tableau suivant
résumera les tâches permises pour chacun de ces acteurs.

N° Catégorie Description Statut Points
1. Gestion des organismes En tant que technicien je veux rechercher un organisme avec son nom ou son NEQ dans le but de modifier les renseignements de cet organisme (nom, adresse, communications, personne contact)
2. Gestion des organismes En tant que technicien je veux modifier les renseignements d’un organisme dans le but de fournir à toute l’équipe des coordonnées d’organismes à jour
3. Gestion des organismes En tant que technicien je veux ajouter un nouvel organisme dans le but de fournir à toute l’équipe des coordonnées d’organismes à jour
4. Gestion des organismes En tant qu’analyste je veux ajouter un document à un organisme dans le but de fournir à toute l’équipe des documents à jour
5. Gestion des organismes En tant que gestionnaire ou analyste je veux rechercher des organismes avec différents critères dans le but de solliciter ces organismes à déposer une demande d’aide financière
6. Gestion des organismes En tant que technicien je veux rechercher des organismes avec différents critères dans le but d’imprimer la fiche organisme (détail de l’organisme et liste des demandes d’aide financière)
7. Gestion des organismes En tant que technicien je veux rechercher des organismes avec différents critères dans le but d’obtenir un fichier en format CSV pour la production de lettres (fusion Word)
8. Gestion des demandes d’aide financière En tant que technicien je veux ajouter une demande d’aide financière (demande de subvention) à un organisme dans le but de fournir à toute l’équipe La liste des subventions à analyser
9. Gestion des demandes d’aide financière En tant que gestionnaire je veux obtenir la liste des nouvelles demandes d’aide financière dans le but de les attribuer aux analystes
10. Gestion des demandes d’aide financière En tant qu’analyste je veux obtenir la liste des demandes d’aide financière qui me sont attribuées dans le but de les consulter ou d’ajouter des renseignements à la demande
11. Gestion des demandes d’aide financière En tant qu’analyste je veux obtenir la liste des demandes d’aide financière qui me sont attribuées dans le but de d’ajouter ou de modifier les renseignements du projet concerné par la demande d’aide financière
12. Gestion des demandes d’aide financière En tant qu’analyste ou gestionnaire je veux modifier les renseignements d’un projet dans le but de de fournir à toute l’équipe des renseignements à jour pour coter les projets
13. Gestion des demandes d’aide financière En tant qu’analyste je veux ajouter un document dans un projet (ou une demande d’aide financière) dans le but de d’avoir des documents à jour pour l’analyse du projet et de la demande d’aide financière
14. Gestion des demandes d’aide financière En tant que gestionnaire ou analyste je veux rechercher des projets selon divers critères dans le but de d’ajouter ou de modifier les renseignements (cote, motif de refus, etc.)
15. Gestion des demandes d’aide financière En tant que technicien je veux d’inscrire le montant accordé à une demande d’aide financière dans le but de de finaliser la demande
16. Gestion des demandes d’aide financière En tant que technicien je veux d’inscrire le numéro de requête SCM aux demandes qui font partie du bordereau pour approbation au BSM dans le but de suivre le cheminement des demandes auprès du BSM
17. Gestion des demandes d’aide financière En tant que technicien je veux rechercher des demandes d’aide financière selon divers critères dans le but de d’obtenir un fichier en format CSV pour la production de lettres (fusion Word)
18. Gestion des demandes d’aide financière En tant que gestionnaire je veux obtenir la liste des demandes d’aide financière attribuée à un analyste (demandes en cours d’analyse) dans le but de les réattribuer à analystes
19. Gestion des demandes d’aide financière En tant que technicien je veux rechercher des projets à partir de divers dans le but de consigner le numéro d’archive des documents (COBA)
20. Gestion des tâches / suivi En tant que gestionnaire je veux obtenir la liste des tâches/suivis selon divers critères dans le but de connaître les suivis non réalisée qui dépassent la date d’échéance ou connaître la charge de travail de l’équipe
21. Gestion des tâches / suivi En tant qu’analyste je veux obtenir la liste des tâches/suivi à réaliser qui me sont attribués dans le but de les fermer
22. Gestion des tâches / suivi En tant qu’analyste je veux ajouter une nouvelle tâche à faire dans le but de de suivre mes dossiers
23. Gestion des tâches / suivi En tant qu’analyste je veux modifier une tâche/suivi dans le but de de fermer la tâche/suivi ou de repousser la date d’échéance ou de l’assigner à une autre personne
24. Production de rapport ou liste En tant que technicien je veux produire une liste des demandes d’aide financière accordée pour un programme et une année financière dans le but de transférer cette liste à l’équipe WEB pour sa diffusion
25. Production de rapport ou liste En tant que technicien je veux consulter et suivre les données d’analyse stratégique dans le but de cibler et connaître la répartition des montants accordés
26. Pilotage En tant que pilote de l’application je veux rechercher un utilisateur dans le but de modifier ses droits d’accès
27. Pilotage En tant que pilote de l’application je veux ajouter un nouvel utilisateur dans le but de lui donner accès à l’application
28. Pilotage En tant que pilote de l’application je veux ajouter un nouveau programme d’aide financière dans le but de de permettre l’ajout de nouvelles demandes d’aide financière
29. Pilotage En tant que pilote de l’application je veux ajouter ou modifier les types de suivis dans le but de de permettre l’ajout de tâches/suivis à réaliser pour l’analyse d’une demande d’aide financière
30. Pilotage En tant que pilote de l’application je veux ajouter ou modifier un profil utilisateur dans le but de de modifier les droits d’accès des utilisateurs

Tableau : Description des diagrammes de cas d’utilisations

3.1. Diagramme de cas d’utilisation globale

Ce premier diagramme liste l’ensemble des fonctionnalités fournies par l’application,
chacune d’elle requiert l’authentification préalable des acteurs (ceci reste vrai pour les
diagrammes à la suite de celui-ci).

-5619740
Figure 5 : Diagramme de cas d’utilisation global-42862433338

4. Planification du projet en SPRINT

4.1 Organisation du projet en SPRINT
Puisqu’on utilise l’approche agile, qui est un processus conduit par les cas d’utilisation, il est tout à fait normal d’utiliser ces derniers pour diviser le projet en sprint ,
La division se base en plus sur deux critères :

Priorité fonctionnelle : qui donne un ordre de priorité à un cas d’utilisation par rapport à un autre.

la complexité : a défaut de réduire la complexité, on a appliqué des critères de partitionnement (Fonctionnel, logique …)
-304799142875
Figure 6 : Graphique des unités de traitement selon les cotes de complexité

5. Organisation du projet en SPRINT
Notre projet réalisé en SCRUM, nous a conduits vers une organisation en sprint.

Durant chacun des sprints l’équipe de test et le client exécutent des tests exhaustifs pour que les développeurs remédient durant le sprint au bugs, aux anomalies et aux correctifs trouvés.

5.1 Le sprint 0 :
Ce sprint a servi comme base pour l’architecture du projet et où on a commencé le travail sur l’authentification.

Le sprint 0 a commencé par des rencontres avec la pilote pour bien comprendre son besoin de façon générale. C’est lors de ce sprint que l’architecture fonctionnelle a été produite. C’est à cette étape que plusieurs diagrammes ont été produits ainsi qu’une version préliminaire de la banque de donnés qui allait répondre aux besoins énoncés. Vers la fin du sprint, le backlog, une planification ainsi qu’une évaluation de haut niveau furent produits.

Lors de la planification, l’ordre des fonctionnalités à développer a été imposé par deux facteurs :
La valeur des paramètres complexité et Priorité :
Le séquencement des opérations lors du processus de gestion mis en oeuvre :
En effet, il est par exemple impossible d’effectuer le suivi d’une tâche ou une étape de cycle de vie d’une demande d’aide financière, avant d’avoir effectué la partie gestion des organismes et des demandes d’aide financières .

5.2 Le sprint 1 :
Gestion des organismes
Conversion
Pilotage

Figure 7 : planification du SPRINT 1-47624919050

5.2.1. Raffinement du CU « Gestion des Organismes »
Figure 8 : Diagramme de cas d’utilisation Gestion des organismes-45719976200

Description textuelle

Cas d’utilisation : Gestion des organismes
Résumé : l’utilisateur peut chercher un organisme, consulter, modifier et ajouter un nouvel organisme
Acteurs : Technicien, analyste, gestionnaire
Préconditions : L’utilisateur demande la gestion des organismes
Scénario nominal :
Le système affiche l’interface de la gestion des organisme
L’utilisateur cherche des organismes
Le système affiche la liste des organismes
L’utilisateur sélectionne un organisme et passe a une action

A1 : L’enchaînement A1 démarre après l’étape 4 du SN
A1.1 L’utilisateur consulte l’organisme
A1.2 L’utilisateur modifie l’organisme
A1.3 L’utilisateur supprime l’organisme
Scénario alternatif :
Le système affiche l’interface de la gestion des organisme
L’utilisateur sélectionne l’ajout d’un nouvel organisme
Le système affiche la page d’ajout
L’utilisateur saisit les données et enregistre

Tableau : Description textuelle du cas gestion des organismes

5.2.2 Diagramme d’activité du CU « Gestion des organismes »

Le diagramme d’activité permet de consolider les enchaînements de la fiche textuelle, ce
diagramme est très utile en cas d’actions parallèles.

De plus, les utilisateurs le comprennent aisément, car il ressemble à un organigramme
traditionnel.

Il permet enfin d’identifier d’un seul coup d’oeil la famille des scénarios d’un cas d’utilisation
qui décrivent toutes les réactions du système. Il suffit en effet de dessiner les différents chemins du diagramme d’activité qui passent par toutes les transitions entre actions.

Figure 9 : Diagramme d’activité CU « gérer une organisation »-33337495250

5.2.3 Diagramme de séquence système du CU « Gestion des organismes »

Figure 10 : Diagramme de séquence système de la gestion d’un organisme-34289957150

5.2.4 Conversion

Comme l’application en Access possède déjà plusieurs enregistrements et que les anciennes données restent pertinentes au fil des années, une conversion de données a été faite. Cette dernière prend toutes les tables de l’ancienne application, détermine les règles de conversion et a converti les données vers les tables de la nouvelle application. C’est donc dire que les données dans la banque de données Access ont été converties vers la banque de données Oracle. Ceci a été fait en créant des tables externes Oracle sur des fichiers .csv des tables Access et que le langage PL-SQL a par la suite été utilisé pour effectuer les différentes manipulations.

5.3 Le sprint 2 :
Gestion des demandes d’aide financière
Conversion
Pilotage
-485774180975
Figure 11 : planification du SPRINT 3

5.3.1. Raffinement du CU « Gestion des Demandes d’aide financière »
Figure 12 : Diagramme de cas d’utilisation Gestion des demandes d’aide financière-514349123825

Description textuelle

Cas d’utilisation : Gestion des demandes d’aide financière
Résumé :
l’utilisateur peut rechercher, consulter, mettre à jour et ajouter une nouvelle une demande d’aide financière
Le gestionnaire peut assigner le traitement d’une demande d’aide financière à un analyste
Acteurs : Technicien, analyste, gestionnaire
Préconditions : L’utilisateur demande la gestion d’une demande d’aide financière
Scénario nominal :
Le système affiche l’interface la gestion d’une demande d’aide financière
L’utilisateur saisit les critères de recherche
Le système affiche la liste des projet selon leurs numéro et titre
L’utilisateur sélectionne un numéro de projet
L’utilisateur sélectionne un titre de projet

Scénario alternatif :

A1 : L’enchaînement A1 démarre après l’étape 4 du SN
A1.1 L’utilisateur consulte la page de détail de demande d’aide financière associé au numéro de projet choisi
A1.2 L’utilisateur modifie la demande
A1.3 L’utilisateur sélectionne le lien de projet associé a la demande qui lui ramène à la page de détail du projet

A2 : L’enchaînement A2 démarre après l’étape 5 du SN
A1.1 L’utilisateur consulte la page de détail du projet choisi
A1.2 L’utilisateur modifie le projet
A1.3 L’utilisateur choisi le sous menu partenaires
A2.1 : L’enchaînement A2.1 démarre après l’étape A2 du SA
L’utilisateur ajoute un partenaire et une contribution

Tableau : Description textuelle du cas gestion des demandes d’aide financière

5.3.2 Diagramme d’activité du CU « Gestion des Demandes d’aide financière »

Figure 13 : Diagramme d’activité de la gestion d’une demande d’aide financière -5524490

5.3.3 Diagramme de séquence système du CU « Gestion des Demandes d’aide financière »
Figure 14 : Diagramme de séquence système de la gestion d’une demande d’aide financière -31432476200

5.4 Le sprint 3 :
Gestion des demandes d’aide financière
Gestion des tâches/ suivis
Conversion
-466724152400
Figure 15 : planification du SPRINT 3

5.4.1. Raffinement du CU « Gestion des tâches/ suivis»
Figure 16 : Diagramme de cas d’utilisation de Gestion des tâches/ suivis-54292476200

Description textuelle

Cas d’utilisation : Gestion des tâches/ suivis
Résumé :
L’analyste peut rechercher, consulter et modifier un suivi
Le gestionnaire peut assigner un suivi à un analyste et terminer le prochain suivi
Acteurs : Analyste, gestionnaire
Préconditions : L’utilisateur demande la gestion des organismes
Scénario nominal :

Le système affiche l’interface de suivi
L’analyste cherche des suivis
Le système affiche la liste des suivis
L’analyste sélectionne un suivi
Le système affiche la page de détail suivi
L’analyste consulte les détails d’un suivi
Scénario alternatif :

Le système affiche l’interface de suivi
Le gestionnaire recherche des suivis
Le système affiche la liste des suivis
Le gestionnaire sélectionne une case à cocher
le système affiche une fenêtre des prochain suivis
Le gestionnaire attribue un prochain suivi et un analyste pour traiter le suivi

Tableau : Description textuelle du cas de Gestion des tâches/ suivis

5.4.2 Diagramme d’activité du CU « Gestion des tâches/ suivis»

Figure 17 : Diagramme d’activité de la gestion des tâches/ suivis -2762249525

5.4.3 Diagramme de séquence système du CU « Gestion des tâches/ suivis »

Figure 18 : Diagramme de séquence système de la gestion des tâches/ suivis -47624976200

5.5 Le sprint 4 :
Gestion des organismes
Gestion des demandes d’aide financière
Pilotage
Figure 19 : planification du SPRINT 4-47624976200

5.5.1. Raffinement du CU « Pilotage»
Figure 20 : Diagramme de cas d’utilisation de Pilotage-547687133350

Description textuelle

Cas d’utilisation : Pilotage
Résumé : La pilote choisi le pilotage dans le menu principale
Acteurs : La pilote de la Direction générale des affaires policières (DGAP)
Préconditions : Se connecter en tant qu’administrateur
Scénario nominal :

Le système affiche le menu de pilotage.

L’utilisateur choisi la gestion des profils et des utilisateurs.

Le système accède à une nouvelle application déjà développée par MSP pour la gestion des utilisateur (OCC).

A1 : L’enchaînement A1 démarre après l’étape 3 du SN
A1.1 L’utilisateur choisi l’onglet Utilisateurs
A1.2 Le système affiche la page des utilisateurs
A1.3 L’utilisateur peut chercher, consulter, modifier la liste des utilisateurs
A1.4 L’utilisateur ajoute un nouvel utilisateur
A1.5 Le système affiche la page d’ajout

A2 : L’enchaînement A2 démarre après l’étape 3 du SN
A2.1 L’utilisateur choisi l’onglet profils
A2.2 Le système affiche la page des profils
A2.3 L’utilisateur peut chercher, consulter, modifier la liste des profils
A2.4 L’utilisateur ajoute un nouvel profil
A2.5 Le système affiche la page d’ajout
Scénario alternatif :

Le système affiche le menu de pilotage.

L’utilisateur choisi le sous menu programme d’aide financière
L’utilisateur ajoute un nouveau programme
Le système affiche la page d’ajout d’un programme

A1 : L’enchaînement A1 démarre après l’étape 2 du SA
A1.1 L’utilisateur recherche un programme
A1.2 Le système affiche la liste des programmes
A1.3 L’utilisateur sélectionne un programme
A1.4 Le système affiche la page de détail d’un programme
A1.5 L’utilisateur peut consulter , modifier ou supprimer un programme
A2 : L’enchaînement A2 démarre après l’étape A1.1 du SA
A2.1 L’utilisateur ajoute une nouvelle année financière d’un programme
A2.2 Le système affiche la page de détail ‘une année financière dans un programme
A2.3 L’utilisateur peut confirmer , annuler ou supprimer l’ajout du programme
A2.4 L’utilisateur un nouveau document
A2.5 Le système affiche la page détail du document

Tableau : Description textuelle du cas gestion des organismes

5.5.2 Diagramme d’activité du CU « Pilotage »
Figure 21 : Diagramme d’activité de pilotage 819150133350

5.5.3 Diagramme de séquence système du CU « Pilotage »
-34289976200
Figure 22 : Diagramme de séquence système de pilotage

5.6 Le sprint 5:
Gestion des organismes
Gestion des rapports
Implémentation de service de géolocalisation
Mise en production
Figure 23 : planification du SPRINT 5-47624947625
5.6.1. Raffinement du CU « Gestion des rapports »
Figure 24 : Diagramme de cas d’utilisation de gestion des rapports-56197485725

Description textuelle

Cas d’utilisation : Gestion des rapports
Résumé : La pilote choisi l’onglet Rapport dans le menu principale
Acteurs : La pilote de la Direction générale des affaires policières (DGAP)
Préconditions : Se connecter en tant qu’administrateur
Scénario nominal :

Le système affiche le menu de rapport.

L’utilisateur choisi la gestion des rapports
Le système affiche la page des rapports

A1 : L’enchaînement A1 démarre après l’étape 3 du SN
A1.1 L’utilisateur choisi l’onglet rapport
A1.2 Le système affiche la page des critères des rapports
A1.3 L’utilisateur choisit le rapport qu’il veut produire
A1.4 L’utilisateur ajoute des critères de génération de rapport ( type de programme, année financière)
A1.5 Le système affiche la popup de production de rapport
A1.5 L’utilisateur peut télécharger ou supprimer la rapport

Tableau : Description textuelle du cas gestion des rapports

5.6.2 Diagramme d’activité du CU « Gestion des rapports »

Figure 25 : Diagramme d’activité de gestion des rapports -44767466675

III. Spécification Technique (Branche Technique)

1. Les besoins non fonctionnels

Ces spécifications ne se rapportent pas directement au fonctionnement du système mais elles traitent les conditions d’utilisations que doit remplir notre application tels que :
Un accès sécurisé vu la nature critique des données et des actions à effectuer,
Une ergonomie de haute qualité pour les composants graphiques,
Un menu horizontal pour simplifier la navigation et donner une vision globale à l’application.

2. Contraintes techniques
Cette section présentera une vue globale et détaillée sur les différentes architectures et outils techniques à utiliser.

D’abord, il faut dire que la technologie a été proposée par le service de réalisation des système (SRS) qui est Java EE (Java Enterprise Edition).

2.1. La plateforme Java Enterprise Edition 6 (JEE)
Java Enterprise Edition, ou Java EE (anciennement J2EE), est une spécification pour la technique Java de Sun plus particulièrement destinée aux applications d’entreprise. Ces
applications sont considérées dans une approche multi-niveaux. Dans ce but, toute implémentation de cette spécification contient un ensemble d’extensions au Framework Java
standard (JSE, Java Standard Edition) afin de faciliter notamment la création d’applications
réparties.

Figure 26 : La plateforme JEE 6685800133350

2.2. EJB – Entreprise Java Beans

Les Entreprise Java Bean ou EJB sont des composants serveurs donc non visuels qui
respectent les spécifications d’un modèle édité par Sun. Ces spécifications définissent une
architecture, un environnement d’exécution et un ensemble d’API.

Le respect de ces spécifications permet d’utiliser les EJB de façon indépendante du serveur d’applications JEE dans lequel ils s’exécutent, du moment où le code de mise en oeuvre des
EJB n’utilise pas d’extensions proposées par un serveur d’applications particulier.

Une des principales caractéristiques des EJB est de permettre aux développeurs de se
concentrer sur les traitements orientés métiers car les EJB et l’environnement dans lequel ils
s’exécutent prennent en charge un certain nombre de traitements tel que la gestion des
transactions, la persistance des données, la sécurité, …

Physiquement, un EJB est un ensemble d’au moins deux interfaces et une classe regroupées dans un module contenant un descripteur de déploiement particulier.

2.3. JPA – Java Persistence API

JPA 2.0 est une spécification EJB 3.1. C’est la partie qui concerne la persistance des
composants dans une base de données relationnelle. C’est un standard pour la persistance des objets Java qui permet aux développeurs d’organiser des données relationnelles dans des applications utilisant la plateforme Java. La Java Persistence API est une spécification de mappage des objets Java à des bases de données relationnelles.

Il peut également être utilisé directement par les applications Web et les applications clientes, et même en dehors de la plate-forme Java EE, par exemple, dans les applications Java SE.

Figure 27 : JPA – Java Persistence API-11429957150

Un fichier XML « persistence.xml » décrivant les moyens de la persistance, cette technologie
est utilisable dans les applications Web très couramment.

2.4. JSF – Java Server Faces

Java Server Faces abrégé en JSF est une spécification d’un cadre d’application pour la couche de présentation d’une application web. Elle fait partie de la spécification global de
Java EE 6. JSF est un cadre d’interface utilisateur pour les applications Web Java, utilisé par
défaut JSP. Il permet la création d’interface Web et la mise en place du design pattern
Modèle-Vue-Contrôleur. Il est conçu pour faciliter considérablement la charge de la rédaction
et de la maintenance des applications. C’est une technologie qui est utilisé côté serveur. Il est basé sur la notion de composants web, ou l’état d’un composant est enregistré lors du rendu de la page, pour être ensuite restauré au retour de la requête. L’un des principaux apports de JSF est la séparation totale entre la couche présentation et les autres couches d’une application Web et la liaison entre les actions coté client et les actions coté serveur.

Figure 28 : JSF – Java Server Faces

4. Diagramme de déploiement

Le diagramme de déploiement montre la disposition physique des matériels qui composent le système et la répartition des composants sur ces matériels. Les ressources matérielles sont représentées sous forme de noeuds qui sont connectés entre eux à l’aide d’un support de communication.

Notre application nécessite la mise en place des composants suivants :
Serveur de base de données : qui va contenir les données traitées lors de l’utilisation
de l’application
Serveur d’application : qui va être chargé de déployer notre application.

Client Navigateur web : est l’application qui va nous exécuter l’affichage des résultats
de calcul traité au niveau des autres serveurs.

Dans la figure ci-dessous nous présentons le diagramme de déploiement de notre
application.

Figure 29 : Diagramme de déploiement-20002495250

5. Conclusion

Durant la phase de capture et analyse des besoins, on a déterminé les besoins fonctionnels
attendus de l’application, nous avons aussi cité les besoins non fonctionnels. En fait, on a identifié les acteurs et les cas d’utilisation correspondants.

Le prochain chapitre se focalise sur la conception architecturale et la conception préliminaire
et détaillée de notre application.

Chapitre IV : Conception

sommaire de chapitre 4

Introduction
Ce chapitre est consacré à la conception architecturale et détaillée de notre application ce
qui nous ramène à focaliser notre intérêt sur le comment sans pour autant aller jusqu’à la
réalisation concrète du système. Cette étape consiste à modéliser une forme répondant à tous les besoins et les exigences exprimés au niveau de la phase d’analyse à travers différent type de diagramme UML.

Dans premier lieu nous commençons par présenter la conception architecturale de notre
application après quoi nous passons à la conception.

I. Conception architecturale du système

1. Description globale
La description globale de l’application est décrite à travers ce schéma qui illustre deux
phases qui sont la collecte des données depuis l’application Accès puis l’exploitation de ces
données par l’application.

Figure 30 : Description schématique du projet-295274114300

2. Architecture logicielle : Architecture 3 tiers

La conception d’une application nécessite l’adoption d’une architecture adaptée: Puisque
nous sommes face à une application web, on peut diviser la structure de notre système en 3
couches.

Une telle architecture est communément appelée architecture 3-tiers ou à 3 niveaux :

La couche d’accès aux données, dont le rôle est la connexion à notre base de
données, l’exécution des requêtes ou l’appel des procédures stockées.

La couche métier : c’est le coeur fonctionnel de l’application, tous les traitementslogiques des différentes fonctionnalités, se font dans cette couche.

L’interface utilisateur ou la couche présentation qui affiche les résultats traités par la
couche métier.

Ce type d’architecture permet d’éviter presque tous les inconvénients des architectures
précédentes :

Elle sépare nettement tous les niveaux de l’application.

Elle offre de grandes capacités d’extension.

Elle facilite la gestion des sessions.

Le choix de l’architecture pour notre système s’est reposé essentiellement sur l’architecture
déjà existante dans le service de réalisation des systèmes(SRS). De plus, le modèle qui est toujours suivi pour des applications web est celui d’une architecture 3-Tiers.

D’où on parle d’une architecture 3-tiers qui est résumé par la figure ci-dessous.

Figure 31 : Architecture 3-tiers-54292495250

3. Architecture du système

3.1. Diagramme de composant

Le diagramme de composant modélisé les composants matériels utilisés pour
implémenter un système et l’association entre ces composants. Il constitue un moyen pour
représenter l’architecture selon laquelle le nouveau système est déployé.

Dans notre cas il s’agit de l’architecture client/serveur à trois niveaux.

Figure 32 : Diagramme de composant-5048240

Le diagramme de la figure ci-dessus montre les composants qu’on a utilisés pour le déploiement de notre application selon l’architecture 3-tiers.

II. Conception préliminaire du système

Une phase d’analyse et de conception a pour objectif de permettre de formaliser les étapes
préliminaires du développement d’un système afin de rendre ce dernier plus fidèle aux besoins du client. Cette phase permet de décrire de manière non ambiguë le fonctionnement désiré du système afin d’en faciliter la réalisation et la maintenance.

1. Introduction à l’architecture logicielle des applications
1. Structure de projet

Les projets doivent être en modules (sous-projets) selon les couches.

« SPCEar » – projet de déploiement de l’application Web et de ses sous-projets. Ce projet sera transformé en archive contenant le jar de service ainsi qu’une copie du jar client. Les autres librairies requises au service ou commune à toutes les couches devront être dans le répertoire lib.

« SPCService » – contient les classes de service, les intercepteurs ainsi que les interfaces locales.

« SPCProjet » – projet contenant les différents objets servant au transfert de l’information entre le client et le serveur.

« SPCPresentation » – couche de présentation de l’application. Ce dernier sera transformé en archive de type war.

2. Diagramme de paquetage

Pour présenter la structure du projet, nous utilisons un diagramme de package.

Le diagramme de packages permet de représenter les dépendances fonctionnelles entre les
différents packages du système. Cette décomposition en packages est dégagée à partir de
modèle de développement en couche.

Figure 33 : Diagramme de paquetage-31432495250

3. Découpage organique du projet

Lors de la phase de conception, les applications doivent être découpées afin d’être en mesure de réutiliser les services le cas échéant.

C’est pourquoi, les applications doivent respecter l’architecture en couche illustrée ci-dessous afin d’assurer un couplage faible entre la présentation et le service.

Figure 34 : Découpage organique du projet-5524490

3.1 Règles communes

Les règles communes sont destinées à toutes les couches applicatives sans
discernements.

3.2 Sécurité

L’ensemble de l’application doit être sécurisé suivant la norme JAAS. La couche
présentation doit utiliser le web.xml afin d’accomplir cette tâche tandis que les services doivent utiliser les annotations ou le ejb-jar.xml au besoin.

3.3 Ressources

Les ressources ne doivent pas être managées par l’application. Ces dernières
doivent être acquises du serveur à l’aide d’injection ou du contexte JNDI
L’application ne peut ouvrir des connexions, appeler des services Web
manuellement, créer des fichiers par programmation. Ces tâches doivent être déléguées au conteneur par l’utilisation de JCA/JAXWS selon le cas;

3.4 Couche applicatives
La couche «Présentation »
La couche de présentation contient les différents composants liés au rendu utilisateur Web. Cette dernière héberge les pages, les contrôleurs, les objets form liés aux pages et coordonne l’appel aux services et les flux de navigation utilisateur. Il est à noter que l’aspect authentification a été exclus des applications afin d’utiliser une pièce commune liée au SSO (authentification unique).

La couche « Services Client »
Cette couche est partagée entre la présentation et le service, elle ne doit avoir aucune logique de traitement.

Les services exposés doivent être réutilisables et accessibles, c’est pourquoi nous utilisons les interfaces remote dans cette archive afin que ces derniers ne soient pas restreints aux applications résidentes dans le EAR permettant ainsi une répartition de charge sur plusieurs machines.

Tous les objets qu’elle contient et qui seront transférés doivent être sérialisables afin que ces derniers puissent être sérialisés et dé- sérialisés entre le client et le service. Par ailleurs, il faut prévoir un constructeur par défaut aux objets afin d’effectuer une sérialisation xml lors de l’emploie de service Web. Cette contrainte est liée à l’utilisation de JAXB.

La couche «Services»
Lors de la conception de service, ces derniers doivent être découpés de façon à suivre l’approche SOA où le service expose une ou des fonctionnalités propres à un cas d’utilisation. Il est important de minimiser les appels au service par la couche de présentation lors de la réalisation d’un cas d’utilisation, car chaque appel entraîne un coût et la transaction est limitée à ce dernier.

4. Modèle conceptuel du package « Entity »

Le modèle ci-dessous décrit les tables de la base de données et les relations entre ces
tables. Ces tables ont été mappées par l’ORM Hibernate qui implémente la spécification JPA.

JPA (Java Persistance API) est la couche qui assure l’abstraction du mapping objet relationnel ou de persistance objet de données. Nous l’avons utilisé pour réaliser le mapping entre les objets Java et la base de données relationnelle. JPA s’occupe donc de transcrire des classes Java dans les tables de bases de données et inversement.

ANNEXE A

Figure 35 : Modèle conceptuel du package «Entity»
III. Conception détaillée du système

1. Diagrammes de séquence d’objet

Dans cette partie, nous présentons les principaux scénarios de l’application via des
diagrammes de séquences objets.

1.1.Diagramme de séquences d’objet « S’authentifier »

Pour se connecter au système, il faut obligatoirement s’identifier : L’utilisateur
commence par saisir son login et mot de passe dans le formulaire de connexion, puis il clique sur le bouton « connexion ».Le système vérifie les données par le biais de l’entité
«Authentification», après vérification, le système affiche l’interface d’accueil de l’application.

Figure 36 : Diagramme de séquences objet « S’authentifier»-36671295250

1.2. Diagramme de séquences d’objet « Ajouter un organisme»

Dans la figure ci-dessous, nous présentons le diagramme de séquences de l’ajout d’un
organisme. Les étapes sont décrites comme suit : D’abord l’utilisateur de la direction générale des affaires policières clique sur le lien hypertexte « Ajouter une organisation».

A ce stade l’utilisateur est prié de saisir les informations concernant l’organisme,,
une fois l’utilisateur a rempli tous les champs, il clique sur le bouton « Enregistrer». Si les
données sont correctes le système enregistre le nouvel organisme puis affiche un message précisant que l’opération d’ajout a été effectuée avec succès. Sinon il affiche un message précisant que les données sont invalides là où s’effectue la liste des validation , le système finit par actualiser la page de détail de nouveau organisme.

Figure 37 : Diagramme de séquences objet «Ajouter Organisme»-46672495250

2. Diagramme de transition d’état

Un diagramme états-transitions est un type de diagramme comportemental dans le langage de modélisation unifié (UML). Sa particularité consiste à montrer des transitions entre divers objets. Les étapes sont décrites à partir de l’accusé de réception à transmettre suite à l’ajout d’une demande d’aide financière, jusqu’à le versement de la subvention et l’expédition d’une lettre à l’organisme Dans la figure ci-dessous, nous présentons le diagramme de transition d’état de cycle de vie d’une demande d’aide financière.

ANNEXE B

Figure 38 : Diagramme d’états-transitions «demande d’aide financière»

Conclusion

A travers ce chapitre, nous avons présenté notre conception du système. Nous avons
fourni, dans un premier lieu, une conception globale à travers un schéma général décrivant
l’organisation de notre système. Ensuite, nous avons présenté la conception détaillée du
système. Enfin, nous avons présenté des scénarios relatifs à quelques cas d’utilisation.
A présent, nous sommes capables d’entamer la partie réalisation.

Le chapitre suivant est dédié à la réalisation où on présentera l’environnement du travail ainsi que quelques tests sur le fonctionnement de l’application.

Chapitre V : Réalisation

sommaire de chapitre 5

Introduction

En se basant sur notre conception présentée dans le chapitre précédent, nous abordons
dans le présent chapitre la phase réalisation de notre système. On se propose tout d’abord de présenter l’environnement logiciel et matériel sur lequel on a développé notre système. Par la suite, on décrira le fonctionnement de l’application par la visualisation de quelques écrans.

Enfin, on présentera le chronogramme décrivant les étapes de la mise en oeuvre de notre
application de subvention en prévention de la criminalité.

I. Environnement de travail

1. Plateforme Applicative

Comme on a déjà précisé dans la spécification technique du chapitre Analyse et
spécification des besoins, les différentes technologies qu’on a utilisées pour développer notre application, nous les reprenons en bref :

La plateforme Java Entreprise Edition (JEE) ;
Entreprise Java Beans (EJB) ;
Java Server Faces (JSF).

2. Environnement matériel
Voici les spécifications techniques de la machine pendant le projet :

Modèle : DELL
Processeur : Intel® Core™ i5-6500 CPU @ 3.20GHz 3.20GHz
Mémoire vive : 8,00 Go
Système : 64 bits, processeur x64.

3. Environnement logiciel

3.1. JDK 1.7
-676274114300

Le Java Development Kit (JDK) désigne un ensemble de
bibliothèques logicielles de base du langage de programmation Java, ainsi
que les outils avec lesquels le code Java peuvent être compilé, transformé
en bytecode destiné à la machine virtuelle Java.

3.2. Oracle® SQL Developer server Version 4.0.2.15: SGBD
-69532476200
Oracle SQL Developer est un environnement de développement intégré (EDI) multi-plateforme, fourni gratuitement par Oracle Corporation et utilisant la technologie Java (Java Development Kit). C’est un outil graphique permettant d’interroger des bases de données Oracle à l’aide du langage SQL.

3.3. MyEclipse Enterprise Workbench 2015 CI 13: IDE

Eclipse est un environnement de développement intégré libre dont toute l’architecture est
développée autour de la notion de plugin, décliné et organisé en un ensemble de sous-projets de développements logiciels, de la Fondation Eclipse visant à développer un environnement de production de logiciels libres qui soit extensible, universel et polyvalent, en s’appuyant principalement sur Java.

-133349142875
3.4. RichFaces 4.5.7 : Composants réutilisables AJAX
-41909976200
RichFaces est une bibliothèque de composants open source Ajax pour JavaServer Faces, hébergée par JBoss. Il permet une intégration facile des capacités Ajax dans le développement d’applications d’entreprise.

Il ajoute:
Skinability (changer facilement et mettre à jour l’aspect et la sensation d’application)
Kit de développement de composants (CDK) pour vous aider à construire des composants JavaServer Faces
Cadre de ressources dynamiques
Les composants de contrôle Ajax à la fois sur la page et sur les composants.

3.5. Hibernate 4.2.20 : Provider JPA2
-847724152400
Hibernate est un framework (ORM, Object/Relational
Mapping) à très répandu dans la communauté Java. Il prend en
charge la plupart des bases de données compatibles JDBC, Outre
ses fonctions ORM de base, Hibernate définit un langage
d’interrogation nommé HQL (Hibernate Query Language) qui nous
permet écrire des requêtes d’objets simples, Il réduit ainsi d’une manière significative le temps de développement qui aurait été autrement perdu dans une manipulation manuelle des données via SQL et JDBC.

3.6. Maven 3.0.2 : Gestion des dépendances

-9143999525
Couramment appelé Maven, Apache Maven est un outil de gestion et d’automatisation de production des projets logiciels Java en général et Java EE en particulier. Maven est géré par l’organisation Apache Software Foundation. L’outil était précédemment une branche de l’organisation Jakarta Project.

L’objectif recherché est de produire un logiciel à partir de ses sources, en optimisant les tâches réalisées à cette fin et en garantissant le bon ordre de fabrication.

3.7. Weblogic 12.1.3
-91439947625

Oracle Weblogic Server fait partie du portfolio Oracle Fusion Middleware et supporte Oracle, DB2, Microsoft SQL Server, MySQL Enterprise et autres BD de type JDBC. Oracle WebLogic Platform.

Le serveur JBoss fournit toute sorte de service standardisé :
Sécurité.

Service de nommage.

Contrôle de concurrence.

Gestion de déploiement.

Conteneur EJB.

Persistance.

Il permet de se connecter sur la plupart des systèmes de gestion de base de données présent sur le marché

3.8. Jasper Report 6.1.0 : Génération de rapports
-838199166688
JasperReports se base sur des fichiers XML (dont l’extension est en général .jrxml) pour la présentation des états. Il peut être couplé à iReport (outil WYSIWYG) ou JasperStudio (plugin Eclipse équivalent) pour faciliter sa mise en œuvre dans une application Java, classique ou orientée web.

La version complète de l’application se nomme JasperReports Server (JRS) depuis la V4 (anciennement JasperServer) et propose un serveur d’application et la création de rapports web.

3.9. StarUML TODO
-847724171450

StarUML est un logiciel de modélisation UML (Unified Modeling Language) open source qui peut remplacer dans bien des situations des logiciels commerciaux et coûteux comme Rational Rose1 ou Together2 . Étant simple d’utilisation, nécessitant peu de ressources système, supportant UML 2, ce logiciel constitue une excellente option pour une familiarisation à la modélisation. Cependant, seule une version Windows est disponible.

3.10. SVN : Gestionnaire de sources

-823912104775
TortoiseSVN est un des logiciels client de SVN les plus populaires.

C’est un logiciel libre distribué selon les termes de la licence GNU GPL, sous forme de PlugIn pour Microsoft Windows.

En s’intégrant dans l’explorateur de Windows, il offre aux utilisateurs de Windows une interface graphique permettant de réaliser la plupart des tâches qu’offre SVN en ligne de commande.

3.8. Librairies

Pour le besoin de notre projet, nous avons eu recours à un certain nombre de librairies.

Opencsv pour la lecture et la manipulation des fichiers CSV.

Commons FileUpload pour le téléchargement des fichiers CSV.

II. Présentation de l’interface de l’application
Comme toute application, notre application doit être facile à utiliser et compréhensible
par tous les acteurs de notre système. Dans ce qui suit, nous présentons quelques interfaces pour expliquer les fonctionnalités offertes par notre application Subvention en prévention de la criminalité (SPC)
Il est à noter que les interfaces présentent le même rendu sur les cinq principaux navigateurs et la disposition des différents éléments a été testée sur ces derniers pendant le développement de l’UI.457200619125

39

1. Interface du cas d’authentification
La page d’authentification, est la première vue qui s’affiche pour l’utilisateur lorsqu’il
tape le contexte racine de notre système dans son navigateur web.

L’utilisateur doit s’authentifier en saisissant son login et son mot de passe. Une fois il a
validé, le système vérifie la correspondance des paramètres d’authentification avec le profil de l’utilisateur pour pouvoir le diriger vers la page d’accueil qui lui correspond.

En cas d’erreur un message d’erreur sera généré indiquant qu’il s’agit d’un mot de passe
erroné ou d’un identifiant non reconnu comme le montre la figure suivante.

Figure 40 : Interface Authentification-39052476200

Figure 41 : Authentification échoue-40957438100

2. Interface du cas de gestion des utilisateurs

Cette composante d’interface présente la liste des utilisateurs qui se sont créés un compte pour avoir accès à l’application SPC. L’utilisateur autorisé peut accéder aux informations concernant un utilisateur en cliquant sur le nom, prénom de l’utilisateur.

L’utilisateur autorisé peut filtrer la liste en saisissant différents critères de recherche. Il peut également accéder aux informations concernant un utilisateur en cliquant sur le nom, prénom de l’utilisateur.

La gestion des utilisateurs permet l’assignation d’un utilisateur de la direction générale des affaires policières a un profil (Analyste, gestionnaire, réceptionniste… )

2.1. Interface de recherche des utilisateurs

Figure 42 : Gestion des utilisateurs-4095749525

4.1. Interface de détail d’utilisateur

Cette composante d’interface présente les détails d’un utilisateur avec un menu qui comporte l’onglet identifiant et coordonnées si on veut contacter l’utilisateur.

Un gestionnaire des utilisateurs peut mettre à jours les données existantes et même changer le profil associé à un utilisateur.

-409574152400
Figure 43 : Détail des utilisateurs

3. Interface du cas de gestion des profils

Cette composante d’interface présente les informations d’identification de l’utilisateur et du gestionnaire de l’utilisateur ainsi que le statut du compte utilisateur. Elle permet également aux utilisateurs autorisés :
D’inscrire le ou les unités administratives auxquels un utilisateur du MSP est assigné, ou les directions dans le cas où l’utilisateur fait partie.

D’assigner un ou plusieur rôles à un utilisateur
L’unité de tâche ci-présente permet d’ajouter et de modifier un profil ainsi que de lui associer des fonctions.

Figure 44 :Gestion des profils-42862476200

4. Interface du cas de gestion des organismes.

Dans cette page, l’utilisateur peut rechercher la liste des organismes auxquels il est autorisé d’accéder selon le profil lié à son rôle, cette liste initiale étant générée à l’ouverture de la page. Des critères de recherche permettent à l’utilisateur de filtrer les organismes.

Il peut également créer un nouvel organisme, accéder à un organisme présente dans la liste en vue de la consulter ou de la modifier.

L’utilisateur peut également procéder à l’exportation de la liste qui lui est présentée.

Figure 45 : Rechercher la liste des organismes-4286240-42862485725
4.1. Interface du cas d’ajout d’un nouvel organisme

Pour ajouter un nouvel organisme, l’utilisateur clique sur le lien hypertexte “Ajouter un nouvel organisme” qui va lui rediriger vers la page d’ajout, là où il va saisir les données de l’organisme et passer par une phase de validation du contenu.

Figure 46 : Ajouter un nouvel organisme-419099142875

4.2. Interface de détail d’un organisme

Suite à la recherche des organismes selon les différents critères, une liste des organismes sera affiché, l’utilisateur peut consulter les détails d’un organisme en cliquant sur son nom , ce qui va lui rediriger la page de détails , la ou il peut consulter , supprimer ou mettre a jour les donnés existants
Figure 47 : Détails d’un organisme-34289947625

4.3. Interface de la liste des demandes d’aide financière associée à un organisme

Cette composante d’interface présente la liste des demandes d’aide financière associé à un organisme qui existe dans l’onglet demande d’aide financière du sous menu de l’onglet organisme.

Cette interface nous donne toutes les informations des demandes lié à un organisme comme le numéro de projet, le titre, le type de programme,l’année financière, le montant demandé, le montant accordé et si cette demande a été accepté ou refusé.

Figure 48 : Liste des demandes d’aide financière -48577457150

4.4. Interface de la liste des secteurs d’activité associés à un organisme

Cette composante d’interface présente la liste des secteurs d’activité associé à un organisme, l’utilisateur peut ajouter ou supprimer un ou plusieur secteurs tel que :

Secteur
Décrochage scolaireDéfavorisation sociale Dépendance Formation Fugue Hébergement Inclusion sociale Insertion professionnelle Itinérance Justice alternative Maison de jeunes Médiation Prévention – activités sportives Prévention primaire – sensibilisation Prévention secondaire – clientèle ciblée Prévention tertiaire – intervention individuelle Prostitution Ressource communautaire Santé mentale Travail de milieu Travail de rang Travail de rue Victimisation

Cette section est trouvable dans l’onglet organisme et plus précisément dans l’onglet de sous menu de détail organisme “Secteur d’activité”

Figure 49 : Liste des secteurs d’activités-657224133350

4.5. Interface d’exportation de la liste de recherche des organisme vers EXCEL

Dans cette composante l’interface, l’utilisateur peut exporter le résultat de la recherche des organismes selon les critères voulus vers un document excel afin de la sauvegarder dans un archive organisé selon les circonscriptions et les années financières.

L’utilisateur peut télécharger le document EXCEL ou le supprimer .

Figure 50 : Liste des secteurs d’activités-52387476200

5. Interface du cas de gestion des demandes d’aide financière

Cette composante d’interface présente l’ensemble des sections d’une demande d’aide financière. Elle inclut la présentation de l’entête de la page « Demande d’aide financière» ainsi que les entêtes du sous menu de chaque section.

5.1. Interface du cas de recherche d’aide financière

Dans cette interface , on trouve l’ensemble des critères de recherche d’une demande d’aide financière qui permet l’utilisateur à cibler sa recherche pour afficher la liste des demandes d’aide financière selon le type de programme , l’organisme requérant de subvention et de géolocalisation.

Une fois le moteur de recherche a été déclenché, un liste des demandes sera affichée en ordre alphabétique et selon l’année financière en ordre décroissant.

Figure 51 : Recherche des demandes d’aide financière-4952999525

6. Interface du cas de gestion des suivis

Cette composante d’interface présente l’ensemble des sections d’un suivi d’une demande d’aide financière, qui inclut l’état de la demande, l’analyste ou le gestionnaire attribué pour traiter la demande et la mettre à jour.

Elle inclut la présentation de l’entête de la page « Suivi» et présente certaine fonctionnalités et unités.

6.1. Interface du cas de recherche des suivis

Dans cette interface , l’utilisateur effectue une recherche des suivis selon certain critères.

la recherche engendre une liste des suivis qui présente le type de suivi, l’organisme, le numéro de projet et l’analyste attribué pour traiter chaque type de suivi selon l’état de la demande.
Figure 52 : Recherche des suivis-5143499525

6.2. Interface du cas d’assignation d’un suivi

Dans cette interface , le gestionnaire peut sélectionner un suivi , le mettre à jour et attribuer un analyste a un tel suivi d’une telle organisation.

Grâce à la colonne des cases à cocher, le gestionnaire peut effectuer l’assignation des analystes a un ou plusieur suivi d’un seul coup pour faciliter la tâche .

Figure 53 : Assignation d’un analyste à un suivi-4381490

6.3. Interface du cas “Terminer un suivi”

Dans cette interface , le gestionnaire peut sélectionner un ou plusieur suivis pour les modifier.

Le gestionnaire peut définir l’analyste réalisateur qui a traité le suivi a l’etape precedente, mettre à jour la date de réalisation, marquer une note si ca necessite et préciser la prochain suivi qui sera la prochaine étape de cycle de vie d’une demande d’aide financière.

Si le gestionnaire décide de passer vers un autre analyste pour le prochain suivi, il n’a que l’assigner comme expliqué précédemment.

Figure 54 : Terminer un suivi-438149142875

7. Interface du cas de gestion des documents

Cet ensemble des interfaces présente les différentes sections par lesquelles passe un document dans notre application.

Un utilisateur selon son profil peut gérer les documents .En effet , il peut :
Ajouter un document
Consulter les détails d’un document
Importer et exporter un document
Mettre à jour et supprimer un document
afficher la liste des document associé à un organisme ou à une demande d’aide financière

7.1. Interface du cas “Détail d’un document”
Figure 55 : Détails d’un document-44767495250

7.2. Interface du cas “Ajouter un document”
Figure 56 : Ajouter un document-53339919050

7.3. Interface du cas “Liste des document d’un organisme”
Figure 57 : Liste des document d’un organisme-552449123825

7.4. Interface du cas “Télécharger un document ”
Figure 58 : Télécharger un document-57149976200

8. Interface du cas de gestion des programmes d’aide financière

Les interfaces ci-dessous présentent la gestion des programmes d’aide financière.

L’utilisateur peut chercher les programmes selon des critères (Nom, Type de programme et Année financière)

8.1. Interfaces du cas “Rechercher un programme”
Figure 59 : Rechercher un programme-47624933338

8.2. Interface du cas “Rechercher un programme”

La recherche établit une liste des programme,En cliquant sur un programme, le système nous redirige vers la page de détail programme.

Figure 60 : Détail d’un programme-49529976200

8.3. Interface du cas “Détail d’une année financière dans un programme”

Cette interface présente les détails d’une année financière d’un programme.L’utilisateur peut modifier les données existants , il peut également ajouter un document et l’associer l’année financière, le mettre à jour ou le supprimer

Figure 61 : Détail d’une année financière dans un programme-53339995250

9. Interface du cas de gestion des rapports

La présente interface permet l’utilisateur de rechercher le type de rapport qu’il veut générer en se basant sur des autres critères tel que le type de programme et l’année financière.

Une fois l’utilisateur à lancer sa recherche , un pop-up s’afficher , et qui lui permet de télécharger le rapport ou de le supprimer

Figure 62 : Gestion des rapports-41909919050

III. Chronogramme

La gestion de projet est l’étape primordiale dans le processus de réalisation. Elle permet
la décomposition des tâches et des fonctionnalités selon des étapes bien définies. Ainsi, les
principales étapes de réalisation du projet sont les suivants :

Documentation : dans cette étape, notre effort a porté sur la recherche de documents liés à notre projet.

Analyse des besoins : cette étape a pour but de recueillir et d’identifier les
fonctionnalités du système et de ses interactions avec les utilisateurs.

Conception : cette étape est réservée à la conception du système en affinant les
spécifications de l’application des composants et leurs interactions au moyen de
diagrammes qui permettent la présentation des interactions entre les objets.

Développement : cette étape est réservée au développement de la solution et le
déploiement de l’application développée dans un environnement similaire à celui des
utilisateurs.

Tests et validation : cette étape est réservée à la réalisation de notre projet dans un
environnement de test complet.

Rédaction du rapport : cette étape consiste à rédiger un rapport détaillé sur le projet
réalisé.

Figure 63: Chronogramme de la réalisation du projet-1809740

Conclusion

Dans ce chapitre nous avons présenté notre environnement de travail puis nous avons
enchaîné par une présentation des principales interfaces de notre application, nous avons
également exposé les différentes étapes à suivre par l’utilisateur. Il est à noter que pour
réaliser ce projet, nous avons dû faire face à divers problèmes, mais en fin de compte nous
avons réussi à le réaliser en surmontant les contraintes et répondant parfaitement à l’attente de
la Direction générale des affaires policières.

Dans ce qui suit nous allons présenter une conclusion générale qui récapitule les démarches que
nous avons effectuées tout au long de notre stage, ainsi nous allons parler de nos perspective à l’égard de ce projet dans le futur.

Conclusion générale et perspectives

Ce stage a été sous plusieurs aspects riches d’enseignements et d’expériences
professionnelles. Le travail consistait à concevoir et réaliser une application qui permet la
gestion des subvention en prévention de la criminalité.

Nous avons entamé notre travail par mettre le projet dans son contexte général. En second
lieu, nous avons défini les concepts métiers ainsi que l’étude et le diagnostic de l’existant en
mettant en relief la problématique qui a engendré le besoin d’une solution permettant une
gestion efficace des risques de change.

Dans l’étape suivante, notre objectif était de détailler la spécification des besoins qui nous
a permis de dégager les exigences fonctionnelles et non fonctionnelles auxquelles doit
répondre notre plateforme. Ensuite nous avons travaillé sur la conception où nous avons mis
en évidence l’architecture générale de notre application, conception préliminaire ainsi qu’une
conception détaillée. Nous avons clôturé avec la réalisation où nous avons mis en oeuvre
toute l’étude élaborée.

Ce projet nous a permis de rester en contact permanent avec la pilote et la chef d’équipe de la direction générale des affaires policières nous a servi comme portail vers le processus d’une demande d’aide financière . Sur le volet technique, il nous a permis de mettre en oeuvre les acquis théoriques que nous avons appris tout le long de notre cursus universitaire et de les enrichir par la mise en oeuvre des nouvelles technologies, ainsi que la maîtrise d’un métier très spécialisé et pointu à savoir la gestion des demandes financières.

Les aspects qui caractérisent ce projet ne se limitent pas au développement, mais
intègrent aussi des aspects analytiques, conceptuelles et organisationnelles.

En termes de perspectives, l’application développée pourrait être enrichie par d’autres
modules avancés tels que l’intégration d’un module de gestion de suivi plus approfondi et plus avancé avec la génération automatique des rapports demandé par la direction avec notre équipe d’intelligence artificielle “DRAGON” .

Bibliographie – Netographie

Glossaire

Post Author: admin

x

Hi!
I'm Victoria

Would you like to get a custom essay? How about receiving a customized one?

Check it out
x

Hi!
I'm Jeremy!

Would you like to get a custom essay? How about receiving a customized one?

Check it out